Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 octobre 2008 2 07 /10 /octobre /2008 11:26

 Peux tu te présenter en quelques mots ?

Wilkinson, 30 ans, chargé d’études dans une compagnie d’assurances, je suis depuis 10 ans en Ile De France mais reste très attaché à mes racines. Passionné de sport en général, je n’ai jamais pratiqué le foot mais assiste dès que possible à divers événements sportifs.


Depuis combien de temps es-tu supporter du HAC, comment cela a t-il commencé ?

Cela doit remonter à une quinzaine d’années, ma première carte d’abonné doit remonter à 1995, j’étais en Harfleur et j’ai suivi assidûment durant quelques années les difficultés du club à se maintenir. J’ai en mémoire un bon nombre de souvenirs plus ou moins joyeux, quelque soit la météo ou l’adversaire j’étais chaque samedi soir derrière les buts en attente d’un beau match.


Comment vis-tu ta passion du HAC en région parisienne ? vas-tu aux matchs ? fais tu des déplacements ? La télé ?

Je suis le HAC principalement par les médias et n’ai que trop rarement la possibilité d’assister à des matchs. Etant abonné à Free, j’arrive à voir quelques matchs mais c’est surtout via Infohac, duquel j’ai d’ailleurs été chroniqueur un moment, que je suis la vie du HAC.

La Tour Eiffel par astria

Es-tu intéressé par la création d'une section PARIS?

Je soutiens totalement cette idée, il y a beaucoup d’entre nous qui ne vivent plus en Normandie mais qui sont fortement imprégnés de ces deux couleurs magiques. De plus tous les grands clubs possèdent des associations de supporters expatriés, le fait de s’entraider pour partager ensemble notre soutien ne serait que bénéfique. Actuellement c’est en IDF que nous sommes le plus mais avoir un rôle de coordination avec les autres membres qui se trouvent dans les autres régions pourrait permettre de fédérer encore plus de supporters derrière le HAC.

Seras-tu au parc pour PSG-HAC ?


Cette date est inscrite dans mon agenda et je compte bien me rendre au parc pour soutenir mes couleurs. On y a rarement brillé mais je serais à fond derrière notre équipe avec je l’espère une forte délégation normande et pourquoi pas une banderole de la Section Paris

Parc des Princes [2] par Thiago Veras

Ton prono pour le HAC cette saison ?

Ce n’est pas le meilleur moment de la saison pour envisager une fin heureuse mais j’espère qu’on va se sauver. L’équipe est jeune et doit emmagasiner de l’expérience mais j’ai confiance et souhaite de tout cœur ne pas revivre la même chose que lors de notre dernier passage parmi l’élite c’est pourquoi une 17ème place me satisferait déjà.


Une anecdote sur le fait de supporter le Hac loin du Havre ?

Je me souviens qu’au mois de mai 2003, qu’à quelques jours d’une terrible fin de championnat, je reçois un mail du site officiel m’apprenant que j’étais le vainqueur de leur concours de pronostics et qu’il souhaitait faire une remise de prix au soir du dernier match sur la pelouse. Le problème s’est que je me trouvais en Australie mais par bonheur mon retour coïncidait avec le jour du match, j’ai donc enchaînait 24h de vol puis 2h de train pour rejoindre Deschaseaux et assister à une victoire au goût très amer.

Partager cet article

Repost0
30 septembre 2008 2 30 /09 /septembre /2008 00:46

La question a déjà été évoquée à quelques reprises sur les différents forums du HAC : créer une section de supporters Ciel & Marine sur la capitale pour tous les expatriés franciliens.
 
Sommes-nous assez nombreux ? Pour y faire quoi ? Comment ? Le débat est ici relancé, merci de nous dire si vous seriez intéressé(e), d'apporter vos idées et contributions.

La Tour Eiffel par rohben

Oui Paris peut-être Ciel & Marine !

Partager cet article

Repost0
26 août 2008 2 26 /08 /août /2008 16:24

Pas beaucoup de fans du HAC expatriés dans l'Est ! Fred, supporter ciel et marine vivant à 30 kms de Metz et une petite heure de Nancy, a accepté de répondre pour nous à quelques questions.


Qui es-tu en quelques mots ?

J'ai 33 ans et j'habite Thionville (ville située environ 30km au nord de Metz). Je suis donc surtout entouré de supporters messins, ce qui vaut quelques bonnes parties de chambrage au gré des montées et des descentes du HAC et du FC Metz.
Je vis ici depuis l'âge de 7 ans et je suscite donc toujours beaucoup de curiosité quand j'annonce fièrement le club de mon coeur : "Le Havre ? Ah bon ? Pourquoi ?".
D'ailleurs, certains copains m'appellent parfois "le Havrais", faut dire, c'est pas facile de trouver des supporters du HAC en Lorraine !

Je travaille dans les statistiques et je passe une partie de mon temps libre à compiler les résultats du HAC dans une base de données dont je retire des statistiques et résultats divers ! Pour l'instant mes statistiques ne commencent qu'en 1985 et je manque d'infos pour remonter plus loin. J'aimerais bien aller jusqu'en 1979, début de "l'ère moderne" du club.

J'aimerais éventuellement contacter le club pour obtenir des archives, mais comme je ne suis pas souvent au Havre, c'est pas trop facile. Et puis, je ne suis pas sûr que les personnes en place souhaitent forcément m'aider, même si je suis persuadé que ma base pourrait bien leur plaire !




Ta passion du HAC est née quand et comment ?

J'ai commencé à suivre les résultats du HAC en 1985, mais c'est curieusement après la descende en D2, en 1988, que j'ai vraiment suivi l'équipe à fond. Pour mon premier match, j'avais trainé mon père (qui n'était pas supporter) voir Le Havre-Alès : victoire 2-0 et le souvenir de l'étincelant John Byrne et d'un certain Thierry Moreau.

Pas trop dur d'être loin de Deschaseaux ? Comment suis tu le club ? Viens tu voir des matchs ?

Bien sûr, c'est difficile de venir régulièrement au Havre et je n'ai donc pas autant de matches à mon actif que certains. J'écoute donc les matches en direct à la radio (depuis tout petit déjà !) et je me connecte régulièrement sur Infohac et le forum pour avoir les dernières news et les commentaires de ceux qui voient les matches et les entrainements.

Un point sur le foot dans l'Est : avec les relégations de metz et Strasbourg, Nancy est-il en train de s'assurer le leadership ?

Metz et Strasbourg ont longtemps dominé dans les années 90 alors que Nancy galèrait. Maintenant c'est plutôt l'inverse. Mais tout va très vite et je pense que les 3 clubs ont leur place en L1, plutôt en 2e partie de tableau (mais tant qu'ils restent tous derrière le HAC, ça m'arrange !).
 
Un pronostic pour le match ?

Je pense que Nancy aura déjà la pression avec 2 matches nuls concédés à domicile. Si nos joueurs attaquent la partie sérieusement, on peut ramener une première victoire à l'extérieur (0-1 !!!).

Partager cet article

Repost0
24 août 2008 7 24 /08 /août /2008 03:38

Ils traversaient la France pour voir leur équipe ce samedi soir à Deschaseaux, 2 d'entre eux n'arriveront jamais. On n'a pas le même maillot mais on a la même passion. Les supporters expatriés du HAC adressent leurs condoléances et leur profond respect aux familles et aux proches des victimes.


Image

Partager cet article

Repost0
17 août 2008 7 17 /08 /août /2008 23:33

A l'occasion de la venue de l'OM, interview d'un supporter havrais résidant à Aix-en-Provence.


Peux tu te présenter rapidement ?

Je m'appelle donc Sylvain (pompeusement autoproclamé "Section 13" pour le forum. J'ai 35 ans, je bosse comme responsable logistique export pour une société qui fabrique des machines pour le tri des déchets.

Où habites tu et depuis combien de temps ?
J'habite Aix depuis 2 ans, après être passé par Marseille pendant une quinzaine d'années, et des séjours en Allemagne (1 an et demi) et au Danemark (3 mois dans la mère patrie des Normands et des plus jolies blondes de la terre). 


Aix-en Provence

 Depuis combien de temps supportes tu le HAC ?
Mes premiers matches à Deschaseaux datent de 79-80, plus ou moins. J'allais souvent à Harfleur avec mon père et mon oncle docker. Et en solo dans le kop avec des potes pendant mes 2 années de lycée à Porte "O" J'ai eu l'occasion de voir le HAC jouer à Monaco, Nice, Istres, Martigues depuis, et suis pas revenu au stade depuis.... houla ! Mon meilleur souvenir est bien sûr le matche de légende contre Mulhouse, dans la tribune Kop, tellement serrés qu'un de mes voisins qui n'arrivaient pas à couper son saucisson l'avait balancé sur le terrain  (spéciale dédicace s'il se reconnait).

Comment le HAC est-il perçu autour de toi par tes amis, collègues, etc...provençaux ?
Comme souvent lu ou entendu, le HAC est perçu ici comme un club sain, sans histoires, pas un gros potentiel mais formateur de tous bons. Globalement, les gens pensent qu'on est à notre place en L1.

A ton avis comment les vrais supporters marseillais perçoivent-ils le phénomène amenant des gens qui n'ont jamais mis les pieds à Marseille et n'ayant aucun lien avec la région à encourager leur club ?
C'est une question intéressante ! Je pense qu'ils sont fiers de ça, parce que c'est une place que n'a pas réussi à prendre l'OL par exemple (en bonne "bouches" qu'ils sont (grandes gueules NDLR) ils pensent que c'est normal). L'OM a une aura énorme pour la ville. C'est un lien fédérateur important. L'ambiance du stade est phénoménale aussi !

Un pronostic pour samedi ?
Suis un brin inquiet pour tout dire... Ben Harfa est peut-être blessé, ça pourrait être un bien pour nous. Tout est possible, même un ptit 1-0 pour nous. But de Lesage.  J'irais brûler un cierge à la Bonne Mère.

Partager cet article

Repost0
13 août 2008 3 13 /08 /août /2008 16:00

Nouvelles paroles d'expat' avec Jean-Christophe, plus connu sous le nom d' Ytsejam pour certains :-)


Peux tu te présenter ?

Jean-Christophe, 23 ans, je suis un éternel étudiant à la recherche de mon destin ! J’ai pas mal erré dans les études, et me retrouve aujourd’hui à l’ESC Rouen, une école de management, où je prépare un mastère en management des organisations « non profit ». Mais j’essaie de ne pas me contenter de ça pour me présenter, parce que cette école me résume plutôt mal. Dans les années à venir, il faudra plutôt que je choisisse (ou pas…) entre le journalisme, l’écriture, l’humanitaire, les relations internationales, bref… Quoi qu’il en soit, il faudra que ça bouge !
 

Depuis quand supportes tu le HAC, comment cela est-il venu ?

C’est une grosse énigme, ça ! J’ai commencé à m’intéresser au HAC dans les années 1994-1996, quand j’avais 10-12 ans, avant de devenir complètement accro durant la saison 1997-1998, marquée par l’apogée d’un certain Vikash Dhorasoo.
Mais alors, pourquoi le HAC ?! Ayant vécu toute ma vie à Nice, l’idée peut paraître bizarre… Peut-être que, tout simplement, comme je n’aime pas faire comme les autres, je suis allé chercher le club le plus éloigné, géographiquement et « philosophiquement », de celui que supportaient tous mes potes de classe, l’inénarrable OM…

Plus probablement, il se trouve que la famille de mon père est normande (de Fécamp), et que mon enfance a été bercée par les récits de mon grand-père sur le HAC, notamment la finale de Coupe de France 1959, à laquelle il avait assisté. C’est ainsi que la légende du HAC est née pour moi. J’ai aussi été grandement aidé dans mon choix initial par le fait qu’à cette époque, l’OGC Nice était au fond du trou et passait de mafieux en mafieux… Pas très attractif…


Tu as été amené à vivre dans différents endroits, à y travailler, peux tu nous en dresser la liste et combien de temps y as-tu séjourné ? Où résides-tu aujourd'hui ?

Havrais dire, je n’ai jamais vécu au Havre ! Ce fut même un évènement (totalement fortuit, d’ailleurs), que je me retrouve à Rouen pour mes études ces dernières années ; c’était la première fois que je pouvais prendre un abonnement à Deschaseaux !
Avant ça, j’ai toujours vécu à Nice, et depuis que je suis à l’ESC Rouen, j’ai également vécu sur des périodes courtes à Paris et à Marseille pour des stages.


J’ai surtout vécu pas mal à l’étranger, même si je n’égale pas Lancelot dans ce domaine ! A l’hiver 2005 et à l’été 2007, j’ai travaillé pour le compte d’une association humanitaire dans des orphelinats au Cambodge. Puis, de septembre 2007 à janvier 2008, j’ai vécu en Corée du Sud, où je suivais des cours à la Seoul National University.


Durant ces périodes, comment faisais-tu pour suivre le HAC, te tenir au courant des résultats, de l'actualité du club ? Y'a t-il des moments où tu as "décroché" (par choix ou par obligation) ?

Jamais de décrochage, où que je fusse ! (merci Internet…) Mais mes séjours à l’étranger m’ont effectivement contraint à moult excentricités pour continuer à suivre les matchs en toutes circonstances !
J’ai souvenir d’avoir sacrifié une virée nocturne entre potes lors d’un séjour à Prague, pour, au prix d’un petit mensonge, suivre dans un cybercafé tchèque un pathétique HAC-Amiens (1-3) en ouverture de la saison 2006-2007… Egalement des évasions furtives lors de voyages en Allemagne, aux Pays-Bas ou en Ecosse, pour suivre des matchs dans des cybercafés locaux.

Au tout début de mon intérêt pour les Ciel & Marine, en 1998, j’avais également fait une rencontre insolite dans un restaurant en Grèce : un des serveurs était un grand fan d’Ouzunidis, qui à l’époque jouait au HAC, et je ne sais plus comment, le gars me tenait informé de l’évolution du match à chaque fois qu’il passait à ma table…

Mais évidemment, mes meilleures aventures, je les ai connues au fin fond de l’Asie. Ou comment, les lendemains de matchs, s’éclipser discrètement de l’orphelinat où je bossais, pour tenter désespérément de trouver, en plein milieu de la cambrousse cambodgienne, une paillotte avec un ordinateur connecté à Internet (en espérant qu’il n’y ait pas de coupure de courant, ou que la connexion tienne suffisamment longtemps pour que j’atteigne la page d’accueil du site du HAC (d’Infohac, pardon !)…) La situation me paraissait assez aberrante : j’étais capable, dans un tel environnement, de me couper d’absolument tout ce qui me reliait à mon mode de vie occidental, sauf… des résultats du HAC… Etait-ce devenu une addiction ?!




Suivre le HAC en Corée du Sud lors de la brillante saison dernière fut également une grosse partie de plaisir. Là-bas, pas de problème technologique bien sûr, mais avec le décalage horaire, les matchs du HAC commençaient à 3 ou 4 heures du matin… Qu’à cela ne tienne ! Je me réveillais en pleine nuit et tentais désespérément de trouver un site pirate diffusant Eurosport, ce qui se terminait le plus souvent par regarder, avec le demi-œil que j’avais ouvert, un groupe de pixels ciel & marine courant sur un gros pixel vert, avec les commentaires de France Bleu en fond sonore…

Mais au final, jamais je n’ai dû laisser tomber ma passion. Le délai le plus long que j’aie patienté pour connaître le résultat d’un match, ce fut pour le HAC-Libourne de la saison dernière : j’étais en Corée du Nord pour 5 jours, et évidemment, de là-bas, toute communication (téléphone, Internet, radio, etc…) avec le monde extérieur est interdite… Mais seul Big Brother aura réussi à me faire renoncer !…


 Le HAC est-il connu là où tu étais ?

Ni le Cambodge ni la Corée du Sud ne sont vraiment des terres de foot ! Au Cambodge, il n’y a pas de championnat national, et l’équipe nationale, faite de bric et de broc, se prend régulièrement des tôlées 5-0 ou 6-0 contre ses voisins thaïlandais ou laotiens.

En Corée du Sud, le foot rassemble beaucoup plus de monde, même si les stades de la Coupe du Monde 2002 semblent désormais bien trop grands pour le championnat national… Du coup, les infrastructures sont maintenant plus utilisées comme de gigantesques centres commerciaux / multiplexes cinéma / centres de loisirs. (Ca fait bizarre de voir dans un stade plus de filles en mini-jupes et talons hauts que de « vrais » supporters de foot !)

Bref, les Coréens, hormis leur équipe nationale, sont un peu des brêles au foot… Un match de championnat coréen ressemble plus à un combat de petits ninjas qui courent dans tous les sens comme des fous mais sans aucune stratégie. C’est donc très spectaculaire et très drôle : les défenses étant assez nulles, il y a 20 000 occasions immanquables par match, mais les attaquants étant encore plus nuls, ça se termine souvent sur des 0-0…
Enfin, je dévie un peu de la question initiale, mais tout cela pour dire que, pour toutes ces raisons, le HAC n’est absolument pas connu dans ces pays, malheureusement !


 As-tu des souvenirs ou anecdotes particulières qui te reviennent sur les endroits où tu as pu porter les couleurs du HAC ?

J’avoue que je n’ai jamais porté mon maillot du HAC à l’étranger ! Non par timidité, mais parce que je n’en voyais pas vraiment l’intérêt, puisqu’on ne le reconnaîtrait sans doute pas. J’essaie généralement de voyager léger, donc le maillot du HAC reste à la maison.
En France en revanche, je n’hésite pas à le porter, notamment dans les endroits où c’est assez mal vu (à Nice, à Marseille, à Rouen… - je suis un peu taquin…). J’étais catalogué comme LE Havrais dans mon lycée à Nice… Mais, en dehors des railleries habituelles dans la rue, ou des petits commentaires du type « C’est quoi ce maillot ? Aaah, c’est Le Havre, le club doyen ! », je ne me souviens pas d’anecdotes particulièrement remarquables qui me soient arrivées avec mon maillot.

Aujourd'hui avec un peu de recul, ton expérience te fait-elle penser qu'on ne peut supporter qu'un seul club dans sa vie, où qu'on soit, ou bien que l'éloignement peut à terme émousser la passion ?

C’est une excellente question, que je me pose souvent. Je pense effectivement que, quand on aime vraiment un club, qu’on y consacre du temps, de l’énergie, de la passion (de l’amour ?!!!), on ne peut pas en supporter un autre par ailleurs. La vraie passion est exclusive, où que l’on soit. Mais c’est comme tout : il y a des fidèles et des volages. Question foot au moins, je fais partie de la première catégorie !...
Mais je ne sais pas pour autant si « c’est pour la vie » ! Est-ce que je supporterai encore le HAC dans 20 ou 30 ans ? Mystère… L’éloignement, en particulier à l’étranger, conduit à d’autres modes de vie, d’autres centres d’intérêt. Très attiré par l’expatriation, je n’ai que très peu d’éléments qui me rattachent encore à la France, mais le HAC en fait toujours partie. Si un jour je me décide enfin à me lancer dans un gros projet à l’étranger, qui m’accapare beaucoup de temps, d’énergie, et me déconnecte vraiment de la France, le HAC y résistera-t-il ?

En fait, j’imagine plutôt un autre genre de fin, comme un livre de (belles) histoires que je déciderais un jour de refermer avant qu’il ne se gâche : si dans quelques années, le HAC devient le Havre Total-Foot Club et joue dans la Petroleum Arena en rouge et jaune, je pense que ce sera le moment de dire « stop, mon club vient de disparaître, il est temps que notre histoire s’arrête là et que je ne garde que les bons souvenirs ».

 

Partager cet article

Repost0
13 août 2008 3 13 /08 /août /2008 00:55

A l'occasion du déplacement du HAC à Toulouse, petite discussion avec Philippe, supporter Ciel et Marine expatrié dans la Région.



 Depuis combien de temps supportes tu le HAC ?

Depuis environ 30 ans.
J’étais au lycée Porte Océane et j’allais déjà voir régulièrement les matches.
J’ai habité Caucriauville (La Caserne de Gendarmerie) et au 7 Rue de Soquence, juste à coté du stade, et un de mes oncles venait chez nous inviter mon père tous les soirs de matchs…Cet oncle est d’ailleurs décédé en allant voir un HAC-AUXERRE...Il avait joué dans une des équipes amateurs de Nantes.



1843 Caucriauville Le Havre par Rolye


 Depuis combien de temps habites tu la Région Toulousaine ?

3 ans.

 Tu parles du HAC autour de toi ? Quand tu discutes avec des amis, des amateurs de foot ? Comment le club est-il perçu par chez toi ?

Ici c’est plutôt la région du Rugby, notamment avec le Stade Toulousain, Montauban, entre autres, mais le comble c’est que le premier club de Rugby a avoir été créé en France est justement Le Havre. Je connais cette région depuis l’époque ou je travaillais à Paris chez Orange, il y a 13 ans. Lorsque que j’ai connu ma femme. Je faisais 1200 kms aller retour tous les WE pour venir la retrouver ici. J’ai eu l’occasion de discuter avec des gens dans le train  qui m’ont fait découvrir cette région. Je leur parlais du HAC…Certains connaissaient déjà le club, d’ailleurs.


A cette époque, avant 1998 , j'étais allé voir un match au stadium, un match Toulouse – HAC : dans les buts, il y avait Cassard, Dhorasso jouait encore et on a été battus de justesse par un but de Joel TIEHY sur passe de Thierry Moreau, 0-1. Les gens étaient très sympas et nous ont notamment dit concernant Dhorasso : « Il ne va pas rester longtemps au HAC, celui là ». Depuis que je travaille à Blagnac (2005), j’allais à une période tous les soirs de matchs dans le hall d’un Hotel situé Place de Catalogne, juste à coté de mon lieu de travail, où le barman me réservait une place et regardait les matches sur un grand écran avec moi…Pas seulement les matches du HAC, d’ailleurs, il y avait beaucoup de clients anglais de passage qui venaient négocier des contrats avec leurs clients et je discutais avec eux.

J’en parlais aussi a Blagnac et aux joueurs de l’équipe Foot corpo, dont j’étais à la fois, Gardien, Coach... et Président…

Au travail, pareil, j’en parle aussi souvent….Dans mon village les gens connaissent le HAC surtout par moi, puisque j’en parle souvent autour de moi, dans les magasins, chez ma vendeuse de journaux, à mes voisins... D’ailleurs je dois être le seul dans la région a recevoir le HAVRE LIVRE par courrier tous les matins pour me tenir informé de ce qui se passe au HAVRE d’une part, et au HAC, d’autre part.


Comment suis tu les matchs du HAC ?

Auparavant par le Direct/live du site off , depuis samedi 9 a la TV sur Foot +, et j’enregistre TOUS les matches sur mon lecteur enregistreur DVD ce qui permet de revoir les actions au ralenti comme les commentateurs sur leur écran de contrôle.

 Seras tu au Stadium samedi ?

Toulouse Stadium par Franck Tourneret

Oui et j’espère bien vous y retrouver.
Mais j’aimerais, si tu le permets dédier ce match à ma nièce Magali, sœur de mon neveu Jean Philippe qui doit se trouver souvent parmis vous dans le KOP avec son père Yves. Elle est décédée d’un cancer du cerveau il y a un an. J’ai tout essayé avec sa famille pour la sauver , mais je n’y suis pas parvenu, hélas, ainsi qu’a sa grand mère qui vient de nous quitter victime de la maladie d'Alzheimer…Je pense très fort a eux.


Un pronostic ?

1 à 0 pour le HAC.

Partager cet article

Repost0
10 août 2008 7 10 /08 /août /2008 02:39

Toulouse Stadium par Franck Tourneret

Prochain match du HAC au STADIUM de TOULOUSE le Samedi 23 Août. Pour aider les Ciel et Marine à bonifier les 3 points pris contre Nice, soyons nombreux dans la ville rose. Supporters en vacances dans le coin, ou expatriés au soleil, on compte sur vous !

Partager cet article

Repost0
5 août 2008 2 05 /08 /août /2008 20:30


Partager cet article

Repost0
5 août 2008 2 05 /08 /août /2008 19:30

Régulièrement ici, nous donnerons la parole à des fans du HAC qui habitent, ont vécu ou sont sur le point de partir loin de la Porte Océane, pour savoir comment ils concilient exil et passion Ciel et Marine. Lancelot a accepté d'essuyer les plâtres de cette rubrique, qu'il en soit ici remercié.



Peux tu te présenter ?


Donc Lancelot, 29 ans, citoyen franco-britannique d'origine italienne (ça existe!), je suis acheteur de bois en France pour le compte d'entreprises anglaises. J'habite actuellement entre Le Havre et Paris (à peu près 50% du temps dans chaque ville).

Depuis quand supportes tu le HAC, comment cela est-il venu ?

Je suis le HAC depuis les années 80 (la première fois à Deschaseaux cela devait être en 85/86, je ne me rappelle plus trop) mais je suis vraiment le club à fond depuis 1996/97 grâce à des copains de classe qui allaient au stade et avec qui je m'entendais bien.


Tu as été amené à vivre dans différents endroits, à y travailler, peux tu nous en dresser la liste et combien de temps y as-tu séjourné ?


Alors tout d'abord, et quand on est un Hacman, c'est important de le signaler, je suis né à Portsmouth en Grande-Bretagne, ce qui fait donc de moi un citoyen Britannique.

J'ai sinon fait deux mois de collège en Australie en 1994, on regardait la coupe du monde à des heures impossibles!

J'ai fait ma licence de commerce international à Dresde en Allemagne en 2000/2001.

En 2003/2004, j'habitais à Rio de Janeiro au Brésil et j'étais là-bas professeur d'Anglais et de Français dans une école privée.

J'ai ensuite enchaîné dans la foulée du Brésil, de Juin à Décembre 2004, un travail de consultant en marketing dans un incubateur à Tchimkent au Kazakhstan, en Asie Centrale.

Puis je suis rentré en France (Paris, Le Havre) d'où je n'ai plus trop bougé si ce n'est pour des voyages courts.


  


Drapeau National de la République du Kazakhstan


Durant ces périodes, comment faisais-tu pour suivre le HAC, te tenir au courant des résultats, de l'actualité du club ? Y'a t-il des moments où tu as "décroché" (par choix ou par obligation) ?


J'ai du bol, j'ai commencé à vraiment m'exiler en même temps qu'internet se développait: j'ai ainsi toujours pu suivre le club partout où j'étais, même si les conditions n'étaient pas les mêmes partout.

En Allemagne, je restais sur les ordinateurs de la fac tous les soirs de match (à l'époque les lives étaient plutôt rares et de qualité moyenne), je m'étais inscrit à la mailing list du HAC et j'avais découvert InfoHAC par-hasard en cherchant un autre site sur le HAC que je connaissais avant. Gusty venait de le mettre en ligne et je n'ai depuis pas décroché de ce site que j'adore. C'est marrant parce que j'ai vu le début du forum, qui était à ce moment-là totalement différent et on n'était qu'une petite dizaine dessus. J'allais sinon aussi pas mal sur le site des Barbarians, qui avaient aussi un forum, ainsi que sur Infocéane et le site officiel du HAC, les deux à l'époque n'ayant pas encore fusionné. Ce dernier n'était pas génial mais il avait le mérite d'exister: la décision de se fondre en un avec Infocéane fut à mon avis quand même une idée salutaire pour l'image du club.


Au Brésil, internet était déjà hyper démocratisé et je suivais les matchs au café internet ou à l'école. C'était marrant de suivre les matchs de D2 française dans une ville mythique de foot en plein après-midi: les gens du café se marraient bien en me voyant débarquer pour suivre mon club qui luttait pour la dixième place dans une division obscure alors que pour eux, le football s'arrête à la sortie de Rio!

Drapeau du Brésil.

Au Kazakhstan, c'était plutôt folklorique: je devais me brancher sur la ligne téléphonique pour avoir internet à la maison, la connexion était super pourrie (bas débit!), cela me coûtait pas mal de fric et les matchs passaient en plus en pleine nuit. J'écoutais donc le live d'Europe 1 vers minuit le vendredi soir et comme en plus c'était les six premiers mois de Hinschberger, c'était plutôt stressant de voir le club descendre peu à peu vers la dernière place. Je trouvais quand même amusant et absurde aussi d'être perdu au beau milieu de l'Asie Centrale et d'écouter les multiplexes de D2! J'imagine que c'est une situation très rare.



cable modem par t.m.a

Je me rappelle aussi un jour être arrivé à Cambridge où j'avais rendez-vous avec mon frère que je devais appeler, sitôt que j'étais en ville, depuis une cabine téléphonique. En arrivant dans celle-ci, je me suis rendu compte qu'il y avait internet et j'ai préféré dépenser l'argent que j'avais pour aller voir le résutat du HAC (le HAC jouait son premier match de la saison face à Nancy) plutôt que d'appeler mon frère! Je me suis ensuite démerdé pour le trouver, n'ayant plus de monnaie pour appeler...

As-tu des souvenirs ou anecdotes particulières qui te reviennent sur les endroits où tu as pu porter les couleurs du HAC ?

Des dizaines! Une fois en Allemagne, j'arrive à la caisse d'un supermarché et le caissier entendant mon accent me demande d'où je viens en France. Je lui réponds que je viens du Havre et lui me dit tout naturellement, comme si on avait parlé de Manchester United: "Ah oui, le Havre AC, les Ciel et Marine, le plus vieux club de France". J'ai failli chialer...

Une autre fois à Rio, sur la plage d'Ipanema, on venait de faire un match avec des potes contre des Brésiliens qu'on ne connaissait pas, on discutait assis dans le sable tranquillement et il ne comprenaient pas le nom de la ville d'où je venais. On leur a donc écrit dans le sable et les trois mecs en lisant se sont écriés: "Ah mais oui, on connaît, il y a un club de foot là-bas!", et il se mettent à décrire les couleurs, le maillot (le vrai, l'historique, avec une vraie séparation entre le Ciel et le Marine, pas le Airness merdique...). Pendant ce temps-là, il y avait le Christ rédempteur qui nous regardait du haut du corcovado et je me disais que le HAC avait quelque chose de divin... C'est d'autant plus incroyable que sorti des grands clubs de Rio (Flamengo, Vasco da Gama, Fluminense et Botafogo), c'est à peine si les Cariocas savent qu'on joue au foot dans le reste du monde!


Ipanema Beach, Late Afternoon par Thomaz & Deborah Moore

Justement, en 2003, je faisais un tournoi de foot dans la périphérie de Rio et comme j'étais le seul étranger, les gens venaient beaucoup me parler. Il faut savoir que quand tu vis à Rio, tu es quasi-obligé de supporter un des quatre clubs suscités. J'étais entouré d'une dizaine de mecs qui me demandaient avec insistance quel club j'avais choisi: j'ai répondu le HAC. Les mecs m'ont regardé et ont insisté en me disant que je devais choisir un club à Rio. Je leur ai dit d'aller se faire foutre... Il fallait voir la gueule des mecs après ma réponse: entre stupéfaction et respect!

Histoire un peu similaire au Kazakhstan: avant un match, les gars me demande quel club je supporte. Quand je réponds le HAC, le mec croit que je n'ai pas compris sa question (elle était posée en Russe...), me regarde un peu énervé et me dit: "Mais non, je te parle de clubs de foot, quel club supportes-tu: Lyon, Marseille, Paris?". Je lui réponds que j'ai très bien compris sa question et que je supporte le HAC, que c'est mon club de foot, à la différence des trois qu'il vient de citer dont je n'ai franchement rien à foutre. Le mec était dégoûté...

Aujourd'hui que gardes tu de ces années ? Ton expérience te fait-elle penser qu'on ne peut supporter qu'un seul club dans sa vie, où qu'on soit, ou bien que l'éloignement peut à terme émousser la passion ?


J'ai toujours été hyper fier de supporter le HAC et notamment, ce qui peut paraître étrange, lors de la pire saison du club en 2004/2005. J'ai parfois décroché mais pour des raisons qui dépassent le HAC: je n'aime pas la tournure que prend le football actuellement et je trouve que le HAC ne fait preuve d'aucune distance critique par-rapport à cela alors que c'est possible. Enfin, c'est une autre histoire et il faudrait du temps pour plus développer.

L'éloignement n'a en tout cas jamais émoussé ma passion pour le HAC, bien au contraire, je dirais. Je crois que le fait d'être dans un pays où tu n'as pas de répères (ou très peu) t'amène à devoir, d'une part, constituer une image cohérente de toi vis-à-vis des autres et le caractère universel du foot aide pas mal à construire cette image et, d'autre part, à te rattacher à quelques certitudes qui te permettent de garder le contact permanent avec le quotidien de ta famille et des tes amis. Le HAC est évidemment une de ces certitudes.


Je ne pourrais aimer un autre club. Soit je supporte le HAC, soit je ne supporte aucun club. J'aime bien d'autres clubs (Bilbao, Dynamo Dresden, Fluminense, Portsmouth) mais je me fous de leurs résultats et qu'ils perdent ou gagnent ne me procure pas de joie particulière. Je suis né à Portsmouth et je pourrais donc avoir une relation spéciale avec ce club: je suis souvent allé les voir jouer à Fratton Park à l'époque où ils étaient en D2 mais je n'en ai pas tiré le dixième de l'émotion que je ressens quand je vois les Hacmen jouer. Je ne comprends pas qu'on puisse aimer plusieurs clubs à la fois: quand je vois des mecs sur les forums dire qu'ils supportent plusieurs équipes, je comprends pas comment ils font et je ne cache pas que je trouve ça triste. Je conçois vraiment l'amour d'un club comme quelque chose d'exclusif...

Afficher l image en taille réelle   

En fait, la conclusion que j'ai tirée de tous ces voyages, elle est plutôt simple: dans la vie, on peut aimer plusieurs femmes, plusieurs pays, plusieurs villes, etc, mais seulement un seul club.


 

Partager cet article

Repost0

Havrais d'ailleurs est né !

Bienvenue dans le blog des supporters du HAC "expatriés" en France et partout dans le monde.  Parce que les couleurs Ciel & Marine flottent partout sur la planète. Nous essaierons ici de vous faire découvrir la vie des fans du HAC loin de la Porte Océane, la façon dont ils suivent le club et vivent leur passion pour le doyen du football français. Bonne lecture à tous !

Et pour commencer, si ce n'est pas encore fait, inscrivez-vous sur la mappemonde des supporters, ici :

http://www.mappemonde.net/carte/infohac/france.html

AlmanHAC

25/10 : HAC - Valenciennes

28/10 : Bordeaux - HAC

02/11 : HAC-Monaco
 

COVOITURAGE



Faites nous parvenir vos offres
ou vos demandes
de covoiturage pour se rendre
aux matchs du HAC à l'extérieur
ou à Deschaseaux d'où que vous
soyez en France.

havraisdailleurs@hotmail.fr